Commentaires

41 thoughts on “Commentaires”

    1. Le rapport de 2016 de l’Autorité environnementale recommande effectivement de fermer ce parking et d’interdire l’accès au brise lames. Un accident d’hélicoptère peut provoquer des dégâts à 200 m de l’explosion. C’est pourquoi la réglementation prévoit qu’aucune habitation ni aire de stationnement ne soit située à moins de 150 m de l’hélistation.
      D’ailleurs, la Mairie de l’Ile d’Yeu a mis un panneau à l’entrée du brise lames pour interdire l’accès et se couvrir en cas d’accident. Personne ne fait respecter cette interdiction.
      Et puis il y a le manège sur le parking à 70 m de l’hélistation. S’il y a un accident cet été, cela risque de mener le maire et le préfet au pénal…

    2. Tout fout le camp, à commencer par l’intelligence et le pragmatisme de nos élus.
      Si vous êtes dans le quartier des anciennes usines, vous aurez certainement droit à la libellule d’acier au dessus de votre tête pour un long moment encore.
      Alors dépêchez vous de constituer un stock de boules Quies et de masque anti pollution.
      La vie est une succession de choix qu’il faut savoir assumer ensuite. (ça c’est pour M.Bruno Noury)

  1. Bonsoir,
    En vous adressant au Maire de l’Ile d’Yeu en septembre dernier, vous écriviez:
    « Nos différents courriers n’ayant eu aucun effet, nous nous voyons dans l’obligation de vous adresser cette mise en demeure. Faute d’obtenir satisfaction d’ici fin octobre 2016, nous nous verrons dans l’obligation de porter cette affaire au plan judiciaire. »
    Alors qu’en est-il aujourd’hui ?
    Pourquoi ne pas soumettre le problème à notre nouveau ministre des transports Madame Élisabeth Borne et surtout à M. Nicolas Hulot ministre de l’écologie ?
    Cordialement.

      1. Je viens de vous lire dans votre lettre du 30 écoulé adressée au ministre et vous en remercie.
        Nul doute, qu’en sa qualité de respectueux de la nature, des hommes et des animaux, M.N.Hulot saura prendre la bonne décision pour être en accord avec lui-même.
        Cordialement.

  2. Citation : « C’est pourquoi la réglementation prévoit qu’aucune habitation ni aire de stationnement ne soit située à moins de 150 m de l’hélistation. »
    Il faut revoir vos sources réglementaires. La notion de 150m concerne les hélisurfaces, aires non nécessairement aménagées qui ne peuvent être utilisées qu’à titre occasionnel. Ces 150m concernent les nuisances et non la sécurité :
    « En cas d’utilisation d’une hélisurface à moins de 150 mètres d’une habitation ou de tout rassemblement de personnes, à l’extérieur des agglomérations telles que définies à l’article 3 ci-dessus, les personnes ayant la jouissance des lieux concernés peuvent demander au préfet de faire cesser les nuisances phoniques répétitives. »
    Référence : Arrêté du 06-05-95 relatif aux aérodromes et autres emplacements utilisés par les hélicoptères, titre III, article 11.

    1. Ce qui est obligatoire pour les hélisurfaces utilisées occasionnellement ne le serait pas pour pour les hélistations à usage intensif ? Si l’Autorité Environnementale reprend dans son rapport les conclusions de la Dgac en 2002, c’est qu’elles considèrent que la zone de protection des 150 m est un minimum pour une hélistation.

    2. Quid des helicos qui se posent dans la cour des hopitaux ou sur le toit de ceux ci????
      Quid des helicos qui se posent dans la cour de la gendarmerie??
      l’article 11 que vous citez concerne les helisurfaces: Les hélisurfaces sont des aires non nécessairement aménagées qui ne peuvent être utilisées qu’à titre occasionnel.
      Nous ne sommes pas dans le cas d’utilisation occasionnel

      Je ne pense pas que ma question reste bien longtemps sur votre site

      1. Et pourquoi pas l’hélistation chez vous.
        Jour et nuit si possible !
        Ce serait pratique pour vous et vos voisins ! L’hélicoptère à pied en permanence.
        Plus sérieusement, l’article 11 s’applique aux hélisurfaces à usage occasionnel.
        La Dgac comme l’Autorité Environnementale considèrent que pour un usage régulier ces conditions sont minimales, ce qui semble frappé au coin du bon sens.
        Le dossier de l’hélistation du port est indéfendable et le ministre de la transition écologique ne le laissera pas passer.

      2. je dois reconnaître que vous avez conserver mon commentaire.
        Mais mon idée est que votre seul problème c’est de préserver le calme de votre mois de vacances, en faisant fi de tout le reste. Vous devrez donc aussi faire interdire la centrale hydraulique de la grue du Casam , que j’entends à près d’un km du port, de même pour celle de l’Insula (dépêchez vous, les plans pour le nouveau bateau sont en discussion), comme a été arrêtée la corne à brume du bout du brise lame au mépris de la sécurité des petits bateaux.
        Manifestement nous n’arriverons jamais à un accord, nos idées sont beaucoup trop éloignées

  3. Paradoxalement, l’aérodrome n’est pas plus sur que l’hélistation aux normes sur le port.
    Un ULM s’est crashé en phase finale sur la plage de Ker Daniau entrainant la mort de ses passagers et des blessés (brulés) sur la plage.
    Il y a un chemin cyclable qui longe la piste de l’aérodrome et passe juste à la sortie de la piste 22 qui serait utilisée pour l’helicoptère s’il allait à l’aérodrome. Sans parler de la piscine naturelle, prisée par beaucoup de monde l’été.
    L’accès à l’aérodrome est libre pour tout le monde, aucune barrière de sécurité nulle part et de plus, l’aérodrome n’est pas juridiquement aux normes pour accueillir un trafic supérieur à 10.000 passagers par an. Les travaux de sécurisation de l’aérodrome ne sont pas chiffrés en totalité dans l’enquête publique, ils seront donc plus couteux que prévus, sans compter les travaux routiers nécessaires.
    Vos documents contiennent des erreurs sur les évacuations sanitaires.
    Votre site ne contient pas de mentions légales, on ne sait pas qui vous êtes… Même votre nom de domaine est anonyme…
    Si vous avez acheté dans le port depuis moins de 30 ans, désolé pour vous mais l’hélicoptère était déjà la, les balleresses aussi, peut être même le café de la marine…
    Mais bon, visiblement vous souhaitez que les femmes de l’ile accouchent dans le canot de sauvetage comme il y a 35 ans, c’est pas si vieux… Moi, ca n’est pas mon souhait.

    1. La DGAC en 2002 et l’Autorité environnementale en 2016, qui sont beaucoup plus compétentes que vous et moi, se sont exprimées très clairement sur la question du meilleur emplacement de l’hélistation, en termes de sécurité : C’est l’aérodrome.
      Vous pouvez consulter ces deux rapports officiels sur notre site : http://www.lesriverainsduport.fr
      Libre à vous d’avoir une autre opinion, arguer de ceci ou de cela, mais cela reste une opinion qui n’a pas de poids particulier.
      Notre association a été déclarée à la Préfecture de Vendée et ses statuts déposés.
      Vous pouvez en prendre connaissance à votre guise.
      Et vous-même qui êtes-vous pour être de si mauvaise foi ? le Président d’Aller Retour, un actionnaire ou un salarié d’Oya Hélicoptères,…
      Le reste de vos propos manquent du minimum de sérénité et de retenue, oublions-les.
      La question de l’aménagement du nord-ouest de Port Joinville mérite mieux.

      1. Vous défendez bien mal votre cause… Mais les faits sont têtus :
        – Le rapport de la DGAC concerne l’hélistation actuelle, pas la future homologuée après travaux… Mais vous ne le mentionnez pas…
        – L’autorité environnementale n’est évidemment pas une autorité de sécurité… Ne lui faites pas dire ce qu’elle n’a pas dit.
        – Depuis 30 ans, aucun accident avec des blessés graves sur le port, alors qu’il y a eu des morts à l’aérodrome et des brulés à Ker Daniau.
        – Les documents de l’enquête publique (lisez les, vous verrez) mentionnent bien qu’au delà de 10.000 passagers par an, l’aérodrome n’est plus certifié. Il faut un certificat de sécurité européen… Ce trafic sera atteint si l’hélico y atterrit en permanence. Les travaux lourds de sécurisation de l’aérodrome ne sont pas chiffrés
        – je ne vois pas où je ne suis pas serein?
        – un médecin de l’ile vous a répondu ce matin, ce que vous dites sur les evasan dans vos documents est bel et bien faux
        – vos status sont déposés? Pourquoi ne sont ils pas accessibles sur votre site? Les mentions légales (cnil, etc…) sont une obligation légale nationale, mais vous préférez ne pas les mettre, chacun sera juge…
        – votre nom de domaine est bien anonymisé : ww.nic.fr pour vérifier…
        – je ne travaille pas à l’ile d’Yeu, je suis résident secondaire et pas actionnaire de Oya Hélico.
        – mon avis vaut autant que le votre, voyez vous, c’est ca la démocratie…

        Suite par mail:

        Merci de votre email mais je trouve que vous exagérez. Vous détournez les propos des uns et des autres et les miens en particulier avec une mauvaise foi absolue.

        Je ne dis pas que l’hélistation est plus sure à Port Joinville qu’à l’aérodrome, je dis que l’aérodrome n’est pas sur, que la sécurité est nulle à l’aérodrome. Les pistes ne sont même pas grillagées!
        Ensuite, je vous donne des faits précis, vous me répondez en disant « polémique » et « jeux inutiles », mais vous ne donnez aucun argument! Vous êtes impayable! Les faits cher Monsieur, comme l’état de la route qui mène à l’aérodrome, la nécessité d’homologuer à grand frais l’aérodrome, ce sont des faits! pas des polémiques.
        La vérité c’est que vous n’avez aucun argument sérieux, juste vos intérêts particuliers… Vous utilisez la pollution supposée (en pleine mer avec le vent, faut le faire) et le bruit mais c’est tout.
        Vous m’accusez d’être partie prenante (association aller retour, actionnaire de la société d’hélico, etc…) mais vous n’en savez rien et je ne suis rien de tout cela. Je suis juste un estivant intéressé par les enjeux concernant cette hélistation et je déplore vos méthodes qui consistent à manipuler les faits et les documents…
        Je me répète, en plus de 30 ans, un accident d’hélico au port avec deux blessés légers, deux morts à l’aérodrome et un enfant brulé… Mais vous avez surement raison la sécurité au port est nulle, l’hélistation est dangereuse!
        Vous voulez des arguments? Rallonger le trajet de l’hélico à l’aérodrome c’est :
        – rallonger la durée trajet de 20% et donc son cout forcément…
        – faire atterrir des gens au milieu de nulle part, pas de taxi, pas de vélos, rien donc là encore supplément de prix pour les voyageurs et par conséquent désintéressement de la clientèle
        – nécessité de très gros travaux de sécurité à l’aérodrome
        – mise aux normes européennes de l’aérodrome
        – fermeture des sentiers le long des pistes
        – risque aérien accru en mélangeant trafic d’amateurs et trafic commercial (ah j’avais pas vu l’hélico…)
        – beaucoup d’argent public dépensé pour rien car à court terme fin de la ligne aérienne pour cause de faillite, exactement comme Air Vendée en son temps (rappelez vous, on a modernisé et agrandi l’aérodrome, mais un an après à peine plus de Air Vendée, finie la liaison aérienne)
        Du coup, plus d’evasan à l’ile d’Yeu, je ne reviens pas là dessus en détail je vous l’ai déjà écrit et c’est documenté partout, retour au canot de sauvetage comme il ya 35 ans. Belle progression, bravo.

        Bien évidemment ca fait du bruit, bien évidemment un crash est possible, aussi bien au port qu’à l’aérodrome, après tout un boeing peut aussi tomber sur le port comme à Lockerbie pendant qu’on y est… Mais je préfère ce risque est ces nuisances relatives car l’évacuation sanitaire est primordiale pour la santé de la population locale et estivante. La médecine est déjà pas terrible à l’ile d’Yeu, si en plus on retire ce moyen là on revient au moyen age.
        Je n’y peux rien si vous avez acheté dans le port! Ces nuisances étaient connues, vous ne pouvez pas vous en plaindre et votre mauvaise foi ne plaide pas en votre faveur. Mais la nuisance aérienne est partout présente dans l’ile, je ne suis pas au port, mais j’entends les avions, j’entends les bateaux de pêche qui longent les Conches, j’entends l’helico qui fait le tour de l’ile et j’entends les cloches de Saint Sauveur…
        Cessez donc de jouer, dévoilez qui vous êtes (sur votre site) et quels sont vos intérêts réels (probablement patrimoniaux sur la valeur de vos maisons, l’intérêt général et sanitaire en particulier, en réalité vous vous le carrez dans l’oignon, pardonnez moi l’expression) et donnez des arguments sérieux plutot que d’écrire des contre vérités et de manipuler des documents (la DGAC est favorable à l’hélisation future pour votre info, c’est sur le site de la préfecture dans les documents de l’enquête publique).

        A bon entendeur…

        Et je constate que vous pratiquez la censure quand ca ne vous arrange pas… Vous n’avez pas publié ma réponse. Elle vous gêne probablement… C’est assez lâche comme attitude, vous êtes plus fermé au débat que les acteurs de ce projet…

        F. Leblanc

  4. Monsieur,

    Personne de sérieux ne peut dire que l’hélistation en plein Port Joinville est plus sûre qu’à l’aérodrome, sauf à vouloir être taxé d’une mauvaise foi évidente.
    Il nous semble inutile de polémiquer là-dessus, comme sur nos statuts, sur nos dates d’arrivée sur l’Ile ou d’acquisition d’une maison, les chiffrages fantaisistes des travaux éventuels, l’état de la route menant à l’aérodrome, la contrainte éventuelle du seuil des 10.000 passagers à l’aérodrome, la nécessité de l’hélistation à Port Joinville pour maintenir les transports sanitaires, la pratique de la démocratie …
    Nous ne rentrerons pas dans ce petit jeu inutile.

    Revenons au point fondamental.
    Il y a deux emplacements envisagés pour l’hélistation : le port ou l’aérodrome.
    Chacun peut avoir sa préférence pour des raisons de commodité personnelle ou bien pour des raisons générales.
    Le souci de l’intérêt général et le respect des lois doivent guider l’action publique.

    Pourriez-vous nous dire simplement quels sont les arguments positifs d’ordre général et éventuellement d’ordre personnel qui expliquent sans polémique votre forte détermination d’avoir une hélistation à Port-Joinville plutôt qu’à l’aérodrome?
    Cela serait intéressant pour tout le monde et mériterait donc d’être publié, d’autant plus que personne n’a répondu clairement à cette question jusqu’à présent.

    Dernier mail de réponse

    Merci pour votre mail et rassurez-vous, nous allons mettre l’ensemble de notre échange sur notre site.
    Inutile d’être agressif et grossier !

    Votre adhésion à l’ensemble des arguments présentés par la Mairie fait de vous un disciple modèle. Comment en êtes-vous arrivé là ?

    Reprenons d’abord votre argumentation en y incluant les présupposés :

    – Saccager carrément 5 hectares du port n’est pas grave car il y existe déjà des nuisances. La petite cinquantaine d’utilisateurs réguliers de l’hélicoptère préférant Port Joinville valent bien ce sacrifice.
    – Tous les riverains de l’hélistation du port méritent leur mauvais sort. Et peu importe si tous les habitants de l’Ile ne sont pas traités de la même façon, pourvu que les Conches soient préservées.
    – Faire 3 km pour aller à l’aérodrome, c’est aller au bout du monde, même si on habite aux Sapins et que le trajet est similaire à celui vers le port.
    – La route d’accès à l’aérodrome étant délibérément mal entretenue par la Mairie, il ne faut plus l’utiliser, et donc adhérer au projet de l’hélistation du port soutenu par cette même Mairie, elle-même prise en otage par Oya Hélicoptères. Comique ?
    – Les fautes éventuelles des pilotes ULM à l’aérodrome justifient l’hélistation de Port Joinville, et les trois salariés communaux de l’Afis (100.000 €/an), qui, dans la tour de contrôle, contribuent à la sécurité, sont inutiles.
    – Le développement de l’aérodrome doit être définitivement bloqué en dessous du seuil de 10.000 passagers. À quand une noria permanente de vols d’hélicoptères au port et des hangars pour la nuit? Il y aura de la place à proximité de l’hélistation du port puisque rien d’autre ne pourra s’y installer.
    – Soucieux de l’argent public, oublions dans les dépenses, les 200.000 € d’études faites par la Mairie pour l’hélistation et le million de taxes non payées par Oya Hélicoptères depuis 15 ans qui auraient permis de faire des aménagements utiles notamment à l’aérodrome et de mettre en place une navette.
    – Oublions de dire que les hélicoptères sont garés la nuit dans le hangar de l’aérodrome. Le premier vol du matin part de l’aérodrome et le dernier du soir y arrive. Donc 15 % des vols réguliers et tous les transports sanitaires de nuit sont opérés depuis l’aérodrome. Et Oya Hélicoptères l’a supporté.

    Et surtout « oublions » délibérément l’argument principal : Oya hélicoptères en allant à l’aérodrome risquerait de perdre un peu de chiffre d’affaires et d’avoir à mieux vendre ses services. D’où sa prise en otage de la Mairie sur le maintien de la ligne et les transports sanitaires. Et voilà, en réalité, la raison principale et inavouable pour laquelle l’hélistation est encore à Port Joinville.
    S’il fallait installer aujourd’hui une hélistation sur l’Ile qui oserait proposer Port Joinville ?

    Dernier détail oublié : ce dossier sera tranché par le Ministre de la Transition écologique et il y sera défavorable, comme il l’est pour celui de ND des Landes.
    Fini le temps où de Villiers, Retailleau, Oya Hélicoptères et consorts faisaient leurs affaires entre eux, sur le dos des riverains du port.
    Sans doute en avez-vous conscience, ce qui redouble votre agressivité et votre partialité qui cachent quelque chose : Au mieux une amitié, par exemple entre présidents de groupes de transport, au pire, des intérêts ou, peut-être, les deux.

    Tout cela est bien dommage, car c’est en prenant en compte l’ensemble des éléments qu’une bonne solution aurait pu être mise en place sereinement.

  5. Vous avez publié notre échange, en incluant une correspondance par email (privée), dont acte. Vous avez pris l’initiative de m’envoyer un email, c’est assez cavalier de publier ma réponse, mais ca illustre bien vos méthodes.

    Je constate par ailleurs, avec délice, que vous pratiquez les vieilles méthodes marxistes : on attaque l’interlocuteur plutot que ses arguments et on se vautre dans le procès d’intention.
    Vous m’accusez de partialité et d’être partie prenante alors que vous n’en savez strictement rien (je le répète, je ne suis pas concerné). L’accusation sans preuve, vieille méthode là aussi que les staliniens ont pratiqué jusqu’à l’ériger en une forme d’art absolu.

    La vérité, c’est que vous défendez vos intérêts particuliers de riverains et rien d’autre, vous invoquez l’intérêt général mais en fait ca vous passe très au dessus de la tête, à hauteur d’hélico probablement.

    Le déménagement de la ligne entrainera des coûts privés et publics et engendrera sa fermeture à court terme. Je suis prêt à prendre le pari. On en reparlera alors quand votre famille aura une urgence médicale un jour de tempête.

    Et cessez de fantasmer sur les comptes d’Oya Helico, ils sont publics et cette société gagne moins que la station service de l’ile (Sombrons tous dans le catastrophisme, elle pourrait elle aussi exploser après tout, la marche à pied il n’y a que ca de vrai).
    A ce propos, vous ne vous plaignez pas des cuves de stockage d’hydrocarbure devant le port? Sans doute n’habitez vous pas devant… Je ne vous ai pas vu pétitionner contre…
    Quant aux millions de la taxe d’atterrissage non payée, là aussi ca relève de l’imagination, montrez moi vos calculs…

    Au fait, des hélicos atterrissent en plein Paris, à 50m du périphérique (largement plus fréquenté que le parking de la Chapelle) et d’un gros complexe aquatique, mais ca fonctionne très bien vous savez…

  6. Toujours autant d’agressivité. Avec quelques années de plus cela va sans doute s’arranger…
    Quatre remarques sur le fond.
    1 Effectivement nous défendons les riverains et les usagers du port. Cela me semblait clair. Et vous que défendez vous ?
    2 La question de la sécurité des cuves de carburant mérite aussi d’être posée. L’un n’exclut pas l’autre.
    3 L’hélistation d’Issy les Moulineaux maintient une zone de sécurité de plus de 150 m partout. C’est facile à voir sur Google.
    4 Difficile de vous suivre : vous voulez être publié et quand vous l’êtes, vous nous le reprochez…

  7. Un dernier point important.
    Les évacuations sanitaires ne sont jamais faites par Oya Hélicoptères qui n’effectue que des transports sanitaires.
    Petit conseil : Si un jour vous devez être confronté à une véritable urgence médicale faites en sorte d’être évacué par le SAMU ou par la Sécurité Civile. Ce sera beaucoup mieux pour le malade…

  8. Votre capacité à manipuler la vérité est hallucinante, vous faites un concours avec Donald Trump sans doute?
    Le bout de la piste d’issy les moulineaux est à 53m du périph, il y a un parking à 58 mètres du H principal! et une rue longe le terrain, un stade de foot est à 100m… bref n’importe quoi encore une fois…

    Et les évacuations sanitaires sont bien assurées aussi par Oya Helico, là encore vous dites n’importe quoi.

    Evidemment, quand on vous met la tête dans vos approximations et contre vérités, je comprends que ca ne vous plaise pas…

    1. Ne vous en déplaise :
      La zone héliportuaire d’Issy les Moulineaux fait environ 500 m par 400 m, soit 20 hectares, ce qui permet d’assurer les distances de sécurité. Rien à voir avec le petit hectare de l’hélistation de Port Joinville qui déborde sur les zones publiques et privées.
      Une évacuation sanitaire réalisée par le Samu est assurée par un(e) urgentiste et un/une infirmière à minima, car les soins démarrent dès la prise en charge.
      Un transport sanitaire correspond à un accompagnement médicalisé.
      Compte tenu de votre incapacité à vous exprimer normalement, vous avez écrit votre dernier message sur notre site. Trouvez un autre moyen d’exprimer votre agressivité.

  9. Bonjour Madame, Monsieur,

    Pourriez vous nous expliquer quelle est (du point de vue de la réglementation bien sur) la différence entre un transport sanitaire et une évacuation sanitaire ?
    Merci.

    Sophie VOINEAU

    1. Une évacuation sanitaire réalisée par le Samu est assurée par un(e) urgentiste/réanimateur et un/une infirmière à minima, car les soins démarrent dès la prise en charge.
      Un transport sanitaire correspond à un accompagnement médicalisé.
      Vous pouvez lire le document figurant dans la rubrique « nos documents ».

      1. Madame, Monsieur,

        Auriez vous une référence réglementaire svp pour appuyer vos propos ? Il me semble que le document interne auquel vous faites allusion n’en comporte pas et il a été largement démenti par le corps médical.
        Merci 😊

        Sophie

        1. Vous trouverez sur le document « évacuation sanitaire », écrit par le Docteur Guy Bazin, les références règlementaires en fin de texte.
          Vous trouverez aussi notre réaction à l’interview très contestable du Docteur Larvor, médecin généraliste sur l’Ile depuis deux ans et salarié de l’hôpital de Chalans.
          Le docteur Guy Bazin a demandé un droit de réponse à Neptune FM qui a refusé jusqu’à présent de nous interviewer.

  10. Pour les précisions, parlons-en. Effectivement nous pouvons jouer des mots. C’est probalement là que le bas blesse ….

    WIKI dit : « Une évacuation sanitaire ou médicale, abrégé en evasan ou medevac, est l’extraction par une unité aérienne (hélicoptère, avion), terrestre (ambulance) ou navale (navire-hôpital) d’une personne souffrant d’un problème de santé.
    Le terme est essentiellement utilisé dans le cadre militaire. Mais on utilise aussi le terme dans le civil, dès que l’évacuation dépasse les « distance raisonnables » des pays industrialisés ; on ne parle pas d’evasan pour un transport vers un centre hospitalier sur le sol français par exemple. Le terme evasan est notamment utilisé pour l’évacuation d’un touriste victime d’un accident ou d’une maladie, dans un pays où les conditions de prise en charge ne sont pas optimales, vers son pays d’origine ; ou encore pour le transport inter-îles en Polynésie française[1].

    A L ‘ILE D’YEU : Le terme utilisé pour TOUT transport organisé dans le cadre d’une URGENCE régulé par le SAMU 85, soit par Canot de sauvetage de la SNSM, soit par l’Hélicoptère déclenché pour ceci de la société OYA VENDEE HELICOPTERE ou encore par une unité de la SECURITE CIVILE ou par un hélicoptère du SAMU 44 ….. est EVASAN (évacuation sanitaire), bien que s’agissant d’un TRANSPORT SANITAIRE (WIKI: Constitue un transport sanitaire, tout transport d’une personne malade, blessée ou parturiente, pour des raisons de soins ou de diagnostic sur prescription médicale ou en cas d’urgence médicale, effectué à l’aide de moyens de transports terrestres, aériens ou maritimes, spécialement adaptés à cet effet.)

    Je constate que vous jouez sur les mots …
    Toujours est-t-il qu’environ 90% des « évacuations sanitaires »= »transports sanitaires » (ici c’est la même chose) par hélicoptère en partance de l’Ile d’Yeu sont faites dans le cadre d’un déclenchement de l’appareil qui est à l’ILE D’YEU par le SAMU 85 et que toutes sont accompagnées par un médecin.

    et … SI (je n’espère pas!) un jour j’ai un vrai pépin qui nécessite une évacuation rapide … j’espère de tout coeur que l’Hélico de l’Île d’Yeu sera disponible, que les conditions météo ne m’obligent pas de prendre le canot de sauvetage (parce quand la météo n’est pas bonne, les hélicos du SAMU 44 ou de la Sécurité Civile ne viendront pas !!!!

    1. L’Ile d’Yeu fait encore partie de la France et on a l’habitude de distinguer :
      – Un VSL ou une ambulance qui assure seulement le transport du malade, même si un médecin est présent. Oya hélicoptères peut assure ce type de service.
      – Une ambulance médicalisée avec une équipe urgentiste qui prend en charge le malade immédiatement. Les hélicoptères du Samu et de la Sécurité civile assurent ce type de service.

      Les transports sanitaires sont souvent confrontés à des ruptures de charge qui, en cas d’urgence réelle, peuvent avoir des conséquences lourdes. C’est le cas notamment à Challans où la zone de poser des hélicoptères n’est pas à proximité de l’hôpital, ce qui nécessite le transfert dans une ambulance pour arriver ensuite aux urgences ou là encore un « certain temps » peut être nécessaire.

  11. … « admin7687 » …
    Si vous êtes également l’auteur (cela m’en à tout l’air) du document « urgences médicales », disponible sur votre sîte dans la section ‘documents ».
    Je trouve bien peu courageux que vous ne signez pas votre oeuvre.
    Idem pour vos prises de position dans ce fil.
    En même temps vous avez raison .. cela décrédibilise totalement vos opinions.
    Bravo encore !

    1. Ce texte a été écrit par le docteur Bazin qui est en train de le compléter actuellement.
      Là encore, inutile d’être excessivement agressif. Cela ne va pas vous rendre plus crédible pour autant.

  12. Le nombre et la démesure des démarches que vous avez entreprises, ainsi que votre acharnement, trahissent votre toute première motivation: votre exaspération personnelle.
    Votre grandiloquence ne masque aucunement votre subjectivité, le caractère démagogique de vos arguments et le manque de connaissance que vous avez du sujet. Permettez moi de vous faucher l’herbe sous le pied: oui, je suis un tantinet agressive, car l’opiniâtreté dont vous faîtes preuve pour arriver à vos fins m’agace. Il est clair que les pacifiques riverains du port, qui ne sont nullement gênés par toutes les horribles nuisances dont vous parlez, ne se mobilise(ro)nt pas avec cette ferveur qui est la vôtre. La commodité d’un héliport situé sur le port relève du sens commun. Le déplacer serait priver les islais, ogiens et touristes de l’assurance d’évacuations sanitaires (n’en déplaise à votre esprit tatillon, c’est ainsi, peut-être à tort, que nous les appelons ici) rapides et pratiques. Faut-il donc être désoeuvré pour enquiquiner les citoyens, les administrations et les tribunaux(!!!!!) avec des caprices?

  13. Au risque de vous agacer un peu plus, nous persistons à dire :
    – Les transports et évacuations sanitaires de nuit se font à l’aérodrome, sans problème
    – Si l’hélistation déménage à l’aérodrome, ceux de jour s’y feront aussi, sans plus de difficulté.

    L’amalgame entre la poursuite des transports sanitaires et la localisation de l’hélistation au port n’a comme seule raison que le chantage fait par Oya Hélicoptères auprès des islais pour leur faire peur. Heureusement, de moins en moins s’y laissent prendre.

    Les vraies questions qui ne sont pas traitées sont les suivantes : quel impact sur le trafic d’Oya Hélicoptères aurait le transfert à l’aérodrome ? Et, en cas de baisse, comment faudrait-il y remédier pour lui permettre de poursuivre son activité ?

  14. Ce qui saute aux yeux, lorsqu’on essaye objectivement de faire la part des choses en lisant le fil de cette discussion et les documents qui constituent le dossier d’enquête, c’est que vos informations sont souvent très approximatives. C’est le cas notamment pour l’héliport d’Issy Les Moulineaux ou de la « définition personnelle » que vous donnez des évacuations sanitaires. Compte tenu de l’objet de votre association, il est normal que vous vous vous opposiez au projet d’agrément ministériel. Pour autant, il me semble que cela n’exclut pas l’objectivité et la rigueur des propos.
    Est ce de l’auto persuasion ou de la mauvaise foi ? Je l’ignore mais en tout cas, le débat n’y gagne ni en clarté, ni en crédibilité et je le regrette car je pense que les échanges auraient pu être plus constructifs si vous ne vous étiez pas enferrés dans des postures trop rigides et intransigeantes.
    Pour ce qui concerne la question de fond que vous avez justement rappelée précédemment, il me semble, compte tenu des éléments financiers qui figurent dans le dossier d’enquête, qu’à 10000 passagers par an (ce qui semble constituer pour vous un « maximum admissible à l’aérodrome » pour éviter les investissements lourds) l’avenir de l’exploitant actuel de la ligne ne fait guère de doute. Chacun peut imaginer l’impact d’une perte de fréquentation de plus de 30% …
    Je pense, comme beaucoup, que vous n’en sortirez pas vainqueurs ni, hélas, grandis.

    1. L’héliport d’Issy les Moulineaux fait 20 hectares (moins d’un hectare pour l’hélistation de Port Joinville) ce qui permet de mettre à distance les habitations et les riverains. En quoi est-ce approximatif ?
      Le document sur les évacuations sanitaires à l’Ile d’Yeu et figurant sur notre site est de plus en plus complet avec des références précises. Pouvez-vous nous indiquer les approximations ?
      Nous ne cherchons ni victoire, ni grandeur mais nous essayons d’approcher la vérité au plus près.

      1. Ce qui est approximatif dans vos propos, c’est que vous tentez systématiquement de noyer le poisson. Peu importe que l’héliport d’Issy soit plus ou moins grand que celui de Port-Joinville. C’est la distance qui sépare les infrastructures du H d’atterrissage qui compte (et pas l’implantation du grillage…).
        C’est la même chose pour la définition des évacuations sanitaires. Qu’un pseudo medecin membre de votre association rédige un document interne à votre structure en définissant lui même la notion « d’évacuation sanitaire » ne confère aucune légitimité à votre cause. Bien au contraire…

        1. Le « pseudo »-médecin est réanimateur, a une maison sur L’Ile depuis 40 ans, y habite à temps complet depuis 15 ans, a accompagné des transports sanitaires en hélicoptère, à été médecin de la SNSM, est plus que concerné par ces questions.
          Qui noie le poisson ?

  15. je viens de lire le fil de cette conversation, je trouve que vos arguments sont flous, pour moi la DZ est indispensable au port. cela cause des problèmes de sécurité, des nuisances (personnellement je suis résident principale et j’ai toujours connu l’hélico ici et ma résidence est 300 m à pied et les nuisances sonores ne me déranges pas, on s’y habitue) et je trouve dommage le manque de courage de admin7687 qui n’est pas capable de donner son identité alors qu’on est obligé de le faire, pour moi cela dénote un manque de sincérité

  16. Nous n’avons rien à cacher.
    Les réponses sont données au nom du bureau de l’association dont les membres sont : Michèle Courtois, Michel Grue, Arnaud Joly, Guy Bazin, Jean-Claude Courtois, … Mais nous prenons aussi des arguments auprès de nos adhérents et sympathisants, islais ou pas.
    La question n’est pas de trouver quelqu’un à attaquer, mais de savoir si ce qui est écrit est vrai ou pas. Nous justifions tout ce que nous écrivons. Rien n’est sous la table, y compris la question des évacuations sanitaires.
    Vous dites que la DZ est indispensable au port. Pouvez-vous nous dire pourquoi ? Nous pensons quant à nous que c’est une erreur, même si c’est la réalité depuis 30 ans.
    Vous dites que nos arguments sont flous : Pouvez-vous dire lesquels et en quoi ? Cela vous permettra d’éviter le flou…

  17. Bonjour,
    Visiblement, vous n’avez pas connu les nuisances de la conserverie de thon et la suie de charbon qui retombait les jours de pluie… pas connu non plus le dépôt d’hydrocarbures qui se situait à l’actuel EDF…. et sans parler du tri du verre qui a commencé à ce même endroit.
    J’ai vécu 2 évacuations sanitaires par le canot de sauvetage…. je ne souhaite pas revenir 35 ans en arrière !
    Si vous aimez l’Ile d’Yeu et les Islais, vous pouvez supporter quelques nuisances…
    Les Islais supportent également d’autres nuisances : combien de voitures de résidents secondaires en juillet /aout ? dont la vôtre peut être ?
    Pourquoi ne faites vous un débat public ?
    Auriez vous peur d’une réaction des islais ?
    Nous souhaitons que l’hélico reste là où il est aujourd’hui !!!

    1. Bien sûr que nou aimons L’Ile d’Yeu et les islais, sinon nous ne serions pas sur l’Ile.
      Nous avons demandé un débat public depuis plusieurs mois. Sans succès.
      Bien sûr, chacun a le droit de dire ce qu’il pense.
      Pourriez-vous nous dire calmement pourquoi l’hélistation du port vous semble nécessaire ?
      Est-ce pour l’évacuation des malades sachant qu’aucun transport sanitaire n’y est effectué par Oya Hélicoptères la nuit et quasiment aucun de jour puisque l’hélicoptère EC 135 qui effectue ces transferts est basé en permanence à l’aérodrome.
      Est-ce pour des raisons de commodité pour le transport commercial ?
      En quoi le transfert de la ligne commerciale régulière à l’hélistation de l’aérodrome serait un problème pour vous ?

  18. En effet, le maintien de l’hélistation sur le port me parait essentiel pour des raisons de commodités.
    Exemple quand on prend le bateau le matin, que l’horaire de retour ne convient pas (ou vice versa), qu’on revient en hélico pour éviter les frais d’hôtel, remonter de l’aérodrome à pied…. ça fait long.
    Sans caricaturer le port en zone industrielle, vous devez bien avouer que la majeure partie de l’activité commerciale de l’ile s’y trouve. La commodité se trouve donc également pour les commerçants (accueil des commerciaux, approvisionnements, …) et services publiques ou assimilés (la poste, la pharmacie).
    Vous parlez de zone industrielle, votre association devra donc régler un 2e problème : le hangar prévu sur le quai du canada (près de la Norvège) pour la maintenance des éoliennes. D’autres combats dont celui ci me paraissent d’autant plus important pour maintenir la belle promenade que nous avons réussir à faire il y a quelques années.

    A la lecture de tous vos propos, je conclue tout de même que votre idée principale est simplement de vous débarrasser de cet hélico.

    J’espère avoir répondu « calmement » à votre post… je ne pensais pas être agressif dans mon 1er commentaire ….ce n’est pas parce que nous ne sommes pas d’accord que nous sommes agressifs.

  19. Merci pour votre réponse calme et claire.
    Nous comprenons cet avantage pour ceux qui habitent ou travaillent à proximité de l’hélistation du port et sont susceptibles d’y venir à pied.
    Mais il faut mettre en regard :
    – le risque pour les personnes à proximité comme les utilisateurs du parking, en cas d’accident,
    – les fortes nuisances pour les voisins de l’hélistation.
    – le fait qu’aucun investisseur privé et aucune subvention publique ne sera envisageable pour l’aménagement des 5 hectares entourant cette zone qui sera sans doute condamnée à rester ce qu’elle est.
    En cas de déménagement de l’hélistation, un système de navette entre l’aérodrome et le port pourrait répondre à votre problème.
    Cela ne devrait pas être insurmontable.
    La facilité pour une cinquantaine ou même une centaine d’utilisateurs réguliers de l’hélistation du port mérite-t-elle un tel sacrifice pour les riverains ?
    La question reste ouverte.

  20. Nous ne serons jamais d’accord.
    Votre égoïsme et nos intérêts étant différents.
    Vous ne répondez pas sur le sujet du hangar des éoliennes qui ne doit pas vous gêner puisqu’il ne fera pas de bruit, pourtant hangar industriel…
    Auriez vous des projets non avoués côté aérodrome (concurrence) ?
    En ce qui nous concerne, nous arrêterons ici nos échanges.
    Ad’yeu vat’.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *